Acces nonvoyant, recommandé pour les personnes utilisant une synthèse vocale
Accueil

Accueil > CAEN > Le tribunal de grande instance de Caen > Le futur tribunal de grande instance de Caen

11 janvier 2013

Le futur tribunal de grande instance de Caen

Les maquettes du projet dévoilées au cours de l'audience solennelle de rentrée du TGI de Caen

En ce 11 janvier 2013, la traditionnelle audience solennelle de rentrée du tribunal de grande instance de Caen a suscité un intérêt renouvelé pour les élus, le grand public et les médias. Il ne s'agissait pas seulement d'écouter le président Jacques Stoll et la procureure Catherine Denis commenter l'activité judiciaire de l'année écoulée, mais aussi de découvrir le futur palais de justice de Caen.

Les chefs de juridiction ont laissé la parole à Marie-Luce Bousseton, directrice adjointe de l'APIJ, Pierre Champenois et Anne Speicher, les architectes, pour présenter les planches photographiques et la maquette de ce beau projet qui commencera à sortir de terre au troisième trimestre 2013 et sera livré au troisième trimestre 2015.

Il accueillera le tribunal de grande instance, y compris le tribunal pour enfants, et le tribunal d'instance, aujourd'hui dispersés sur 4 sites.

Façade sur rue du futur TGI de Caen (Copyright images: Architectes BE Hauvette Paris, Atelier d'Architecture Pierre Champenois)

 

Une longue histoire

Lorsque la construction du tribunal actuel, appelé palais Fontette, a été décidée sous le règne de Louis XVI, la ville de Caen avait imaginé un impôt spécifique pour permettre le financement du bâtiment, qui longtemps, abrita la cour d'appel et le tribunal de grande instance.

En 1997, la cour d'appel partit s'installer dans un nouveau palais de justice Place Gambetta et l'idée avait d'abord été de restructurer les locaux de l'ancien palais pour y accueillir confortablement le tribunal de grande instance et le tribunal d'instance. Mais les années sont passées, les projets se sont succédé et ...le coût a finalement fait renoncer à ce projet.

En 2011, devant l'état particulièrement vétuste de l'ancien palais, la décision de construire un nouveau palais de justice pour accueillir ces deux juridictions a été prise. La ville de Caen a proposé plusieurs sites et le choix s'est arrêté sur la presqu'île, un ancien site portuaire à deux pas du port de plaisance et du centre-ville sur lequel la municipalité avait un grand projet urbain.

Une procédure, conduite par l'agence publique pour l'immobilier de la justice (APIJ), a été menée dans le cadre d'un partenariat public privé et a été confirmée, compte tenu de l'urgence de la situation, par la Garde des Sceaux lors de sa visite à Caen du 9 novembre 2012.

Le 18 décembre, le contrat était signé avec CICOBAIL, établissement de crédit-bail, contrat sur une durée de 27 ans à compter de la date de livraison de l'ouvrage et portant sur le financement, la construction, le gros entretien, la maintenance et la fourniture de prestations de service associées.

Le projet retenu associe les architectes BE Hauvette Paris associé à Pierre Champenois, les paysagistes Sempervirens , la Caisse d'Epargne Normandie et deux filiales du groupe Vinci.

 

Audience solennelle de rentrée du TGI de Caen (crédit photo : MJ/CA Caen/P.Bougy)

 

Une esthétique moderne et audacieuse

Un palais de justice n'est pas un bâtiment public comme les autres. Il doit être porteur de sens.

Les architectes ont imaginé une forme cubique, constitué d'une série régulière de poteaux en béton rappelant la solennité des péristyles des temples grecs ayant servi de modèles aux palais de justice anciens. Mais ils ont voulu également affirmer l'ouverture de la justice sur la ville, en situant au premier niveau une salle des pas perdus toute en verre créant une césure symbolique et offrant une vue panoramique sur la ville, l'abbaye aux dames et les autres monuments.

 

Maquette du futur TGI de Caen (Copyright images: Architectes BE Hauvette Paris, Atelier d'Architecture Pierre Champenois, crédit image : MJ/CA Caen/P.Bougy)

Bordé d'un côté par le canal, de l'autre par la "grande pelouse" au delà de laquelle s'érigera la BMVR (bibliothèque multimédia à vocation régionale), ouvrant sur un parvis côté sud sur la rue Dumont d'Urville, le futur palais se tiendra "à distance de la cité" pour marquer, comme l'a expliqué l'architecte Pierre Champenois, la nécessité pour la justice de prendre du recul par rapport à l'agitation du quotidien.

 

Maquette du futur TGI de Caen et de la presqu'île  (Copyright images: Architectes BE Hauvette Paris, Atelier d'Architecture Pierre Champenois, crédit image : MJ/CA Caen/P.Bougy)

 

Fonctionnalité, sûreté, sérénité...et développement durable

Les concepteurs se sont aussi attachés à concevoir un projet alliant fonctionnalité et performance énergétique.

Comme l'a expliqué Anne Speicher, du cabinet d'architecture BE Paris, on accèdera à la salle des pas perdus panoramique, située au premier étage par un escalier ouvrant sur un atrium arboré situé au centre du bâtiment.

 

Les architectes Pierre Champenois et Anne Steicher (crédit photo : MJ/CA Caen/P.Bougy)

Cette salle des pas perdus ouvrira sur les différentes salles d'audience. Des circuits intérieurs accessibles distincts permettront aux magistrats et fonctionnaires de circuler et un troisième circuit sécurisé sera réservé aux détenus et à leurs escortes. Aux étages supérieurs seront situés les locaux administratifs du siège et du parquet et ceux du tribunal d'instance. Un dialogue permanent au cours de l'année écoulée a permis aux chefs de juridiction et au greffier en chef de faire valoir auprès des architectes leurs suggestions pour améliorer la fonctionnalité du bâtiment.

 

Futur TGI de Caen :vue en coupe (Copyright images: Architectes BE Hauvette Paris, Atelier d'Architecture Pierre Champenois, crédit photo : MJ/CA Caen/P.Bougy)

 

Enfin, plusieurs stratégies ont été mises en oeuvre pour réduire les déperditions de chaleur tout en augmentant l'inertie thermique du bâtiment. Les énergies renouvelables ont été particulièrement développées : pompe à chaleur à géothermie sur nappe d'eau sous terraine, ventilation naturelle de la salle des pas perdus sans recours à la climatisation, récupération des eaux de pluie...

Le futur palais de justice, d'une surface utile totale de 5542 m², comprendra 3 salles d'audience pénales, 3 salles d'audience civiles et 7 salles d'audience de cabinet. Il est conçu pour y faire travailler 148 magistrats et fonctionnaires.

 

Le futur TGI de Caen vu du canal (Copyright images: Architectes BE Hauvette Paris, Atelier d'Architecture Pierre Champenois) 

Le futur TGI de Caen vu de la grande pelouse (Copyright images: Architectes BE Hauvette Paris, Atelier d'Architecture Pierre Champenois) Futur TGI de Caen : l'atrium (Copyright images: Architectes BE Hauvette Paris, Atelier d'Architecture Pierre Champenois)

 Futur TGI de Caen : le guichet unique de greffe (Copyright images: Architectes BE Hauvette Paris, Atelier d'Architecture Pierre Champenois) Futur TGI de Caen : la salle des pas perdus (Copyright images: Architectes BE Hauvette Paris, Atelier d'Architecture Pierre Champenois)

 

 Futur TGI de Caen : la grande salle d'audience (Copyright images: Architectes BE Hauvette Paris, Atelier d'Architecture Pierre Champenois)

pied de page